UN TRESOR MIS A L’HONNEUR LORS DE LA QUINZAINE CULTURELLE

Un médaillon de Marianne vieux de plus d’un siècle réalisé par la sculptrice française Marguerite Syamour a récemment été découvert dans les greniers du lycée. Il sonnait alors comme une évidence pour notre professeure d’Arts Plastiques, Madame Duval-Wingel d’exploiter ce trésor retrouvé.

Une sculpture engagée

Comme l’a dit le philosophe Confucius: « Une image vaut mille mots », inutile de dire qu’une oeuvre d’art également. Pour ne pas mal interpréter le médaillon de Syamour, il a été nécessaire dans un premier temps d'effectuer un long travail de recherche documentaire sur l’oeuvre, son contexte, son auteur, mais surtout sur le message que la sculptrice a voulu faire passer à travers la réalisation de « La Marianne ». En effet, sous son bonnet phrygien, « Marianne » c’est avant tout l'incarnation de la République française et surtout des valeurs contenus dans notre devise: « Liberté, Égalité, Fraternité » et cela depuis des siècles.

 

Après toutes ces recherches se posait alors la question de savoir : Comment révéler cette sculpture?  Chaque élève a alors dû poser son propre regard artistique sur la sculpture et mettre en avant sa  lecture de l’oeuvre, son interprétation. De cette question sont nées de formidables productions caractérisées pour certaines d’humour, de sincérité et pour d’autres d’un message engagé proposant une lecture contemporaine de la sculpture de Syamour.

« Le Lycéen » a demandé à 3 élèves d’expliquer leurs productions

 

Aysu Uncuoglu, élève en Première ES.

« J’ai utilisé comme support un coussin car je voulais proposer un dispositif de présentation original, j’ai également choisi comme couleur le rouge symbolisant la féminité mais surtout la force. Ensuite j’ai brodé le profil de la Marianne à l’aiguille. La couture est certes associée à la femme, à la douceur; Or pour moi, aujourd’hui la « Marianne », et par extension la femme, ne doivent plus cacher leur fierté « d’être femme » car c’est à mon sens une force. »

Img 5392
Img 5383

Modestie Ajeti, élève en Première L.

« J’ai réalisé un collage de photos prises dans des magazines ainsi que de dessins. Le but était de réactualiser « la Marianne » car pour moi aujourd'hui cette dernière représente la femme libre et forte du XXIème siècle, qui ne s’intéresse pas à l’opinion des autres et s’aime pour ce qu’elle est. »

D’autres élèves ont, eux, inscrit leur production dans une démarche plus humoristique telle Sarah Gauthier, élève en première ES :

« J’ai décidé d’apporter un côté plutôt ‘drôle’  à ma production car je trouvais que « La Marianne » ressemblait à la Schtroumpfette avec ses cheveux et son bonnet. J’y ai ajouté la référence à la BD pour rappeler l’univers des Schtroumpf tout en gardant les symboles de « La Marianne » avec le bonnet phrygien, le laurier et les fleurs comme celles du bleuet, de la marguerite et enfin de la rose pour ainsi  respecter les couleurs du drapeau de la France »

20180522 113532 copier

Ainsi, chacun a révélé l’aspect de la sculpture de son choix en proposant à chaque fois une démarche contemporaine et novatrice.

Et aujourd’hui …

La sculptrice Marguerite Syamour était déjà au XIXème siècle engagée dans la défense du féminisme. Mais même aujourd’hui, malgré des progrès certains, nous devons admettre que la place de la femme dans la Société est toujours remise en question. Souvenons-nous seulement des récentes révélations accablantes de l’Affaire Weinstein.

Ainsi,  qui serait aujourd’hui la nouvelle « Marianne », cette femme forte, indépendante à laquelle on a envie de s’identifier ?

Pour Aurore Berberat, élève en première S la réponse est claire :

 

« Une « Marianne » est un symbole et avant tout une personne qui nous inspire; donc ‘Ma Marianne’ serait l’actrice féministe Emma Watson. Même si cette dernière n’est pas française,  « Marianne » est à mon sens une femme universelle à laquelle on peut tous s’identifier. Je retiens particulièrement le discours de E.Watson à l’ONU sur l’égalité des genres et sur les violences sexuelles. C’est ce type de discours, d’action qui me donne envie d’agir. »

Cependant, il est à noter qu’il a fallu une affaire comme celle de Weinstein, pour réveiller les consciences. Ainsi, comme le rappelle Anthony Alves, élève en première STI2D dans un message optimiste : « Spontanément « La Marianne » symbolise la République. Mais finalement c‘est une allégorie qui représente tant de choses telle « La Liberté » qu’on soit homme ou femme, qui est à mon sens une valeur à défendre. »

 

Pour résumer, en plus de son coté artistique évident, ce projet a été l'occasion pour nous de réfléchir à l'histoire de la France et aux valeurs de la république ainsi qu'à tout l'aspect symbolique qui s'y rapporte ; mais aussi à des problématiques qui sont toujours cruellement d'actuallité, tel que la place da la femme dans la société. On espère tous encore de nombreux projets comme celui ci.

 

Rappelons que les options artistiques seront toutes maintenues à JBV l’année prochaine. Ces dernières sont une chance pour nous puisqu'elles nous permettent une ouverture à l’Art et aussi une ouverture d'esprit, ce qui est particulièrement important dans notre milieu rural.

 

En attendant rendez vous au point rencontre du lycée pour

« l’Exposition autour de la Marianne » du 14 Mai à début Juin.

Tentez de gagner un lot surprise en participant au jeu concours

Questionnaires disponibles dans la salle

 

Jade P.

arts plastiques en 2018 Exposition Jade P

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×