UN PERE CENT HORS PAIR

     On s’y attendait, le 24 mars 2017 a eu lieu le traditionnel Père Cent ! Retour sur les moments forts de cette journée pas comme les autres.

Branle bas de combat dès le matin !

     De par le risque d’une offensive des élèves internes futurs bacheliers, tous les internes de seconde ont été réveillés à 06h30, ils avaient pour obligation de quitter l’internat avant 07h00. La grande majorité d’entre eux attendait devant le réfectoire dès 06h50, accompagnés d’internes de première et terminale non-manifestants. Les élèves internes manifestants, quant à eux, ont quitté l’internat comme habituellement, à 07h15. Ils n’étaient cependant pas présents au petit déjeuner qui s’est déroulé à effectif réduit, soit moins d’une centaine de plateaux. Les cuisines n’étaient pas sans savoir qu’il allait y avoir si peu de monde ce jour-là. Le réfectoire ne comptait déjà plus personne à 07h40, heure à laquelle certains demi-pensionnaires, arrivant en bus, se faisaient déjà « attaquer ». Liquide vaisselle, œufs, farine, … étaient en action et ce au détriment de la propreté de certaines chevelures. Qu’il fut agréable pour certain(e)s de sentir le produit vaisselle toute la journée ! Les manifestants avaient déjà commencé leur journée tant attendue en présence de la police et de la gendarmerie.

Cantine

De nombreux absents

     Grand nombre d’élèves s’étaient préparés à la journée du Père Cent. Ne voulant pas recevoir farine, œufs, confettis et toute autre substance, beaucoup d’élèves ont préféré rester chez eux. Certains internes sont même rentrés la veille. Nous avons officiellement des farinophobes et ovophobes parmi nous ! Plus sérieusement, on peut comprendre ce choix quand on sait que les conducteurs de bus se réservent le droit de refuser un passager s’il est trop sale.

     Information du CPE : ce vendredi, ils étaient 390 élèves à manquer à l’appel, soit 62 % de l'effectif ! Une chose est sûre, s’ils sont restés chez eux, ils ont loupé quelque chose !

Katari

« C’est plus ce que c’était »

     Bien heureusement, les forces de l’ordre avaient déjà pu confisquer énormément de munitions dès leur arrivée le matin. On l’aura compris, au fil des années, les lycéens fêtent le Père Cent de manières plus « évoluées » les unes que les autres, remarquent plusieurs professeurs et élèves. A noter, il y a encore 10 ans, les élèves célébraient le Père Cent en venant simplement en cours déguisés puis en se jetant de gentils confettis à la sortie. Nous voilà en 2017, tout cela a « bien » évolué. Même si les jets de farine restent bon-enfants, les œufs utilisés comme projectiles peuvent parfois faire des blessés. Certaines personnes ont déjà été victimes de coupures à la tête - à cause d'une coquille tranchante -  et elles ont dû être transférées à l’hôpital. Mais fort heureusement, ce scénario n’a pas eu lieu à Mirecourt - du moins cette année…  Et à en croire les « on dit », certains manifestants avaient prévu de balancer de la crème épilatoire, du vinaigre (chose vraie), de l’urine… bref passons.

10h

Vous êtes nombreux à avoir un avis sur le sujet, pourquoi ne pas l’écrire et nous le transmettre ? Une rubrique y est désormais dédiée sur notre site ! : → Rubrique « Billets d’humeur »

Des moments mouvementés dans la journée

     En effet, il a eu des moments où le spectacle était étonnant ! Notamment dans la cour aux heures de pause comme à 10h00. C’est à ce moment que les fameuses poules ont été lâchées dans la cour ! Pas du tout effrayées par les pétards, les jets d’œufs ou encore par les cris, elles semblaient avoir adopté le dessous du bâtiment K comme basse-cour. Ces poules ont fini par être recueillies par Mme Gaillot, professeur d’histoire-géographie.

→→ A voir aussi : SAUVEZ LES POULES !

     Aux environs de 14h20, un fumigène a déclenché l’évacuation incendie de tout le lycée. Au portail de la cour, les élèves de terminale étaient curieusement toujours en forme.

     Près de 20 minutes plus tard, un pare-brise de la police aurait été brisé par un projectile. Policiers et gendarmes ont donc procédé à la recherche du coupable. Cela a calmé les esprits au niveau du portail le temps de la récréation de 15h00.
   

Pare brise

  Pour finir la journée, LE moment que tout le monde redoutait, la sortie de cours côté gare. Finalement, au regret de certains, l’animation et les jets de farines et autres projectiles n’étaient pas « vraiment » au rendez-vous. Des équipes de gendarmerie postées au niveau du panneau de pub semblaient avoir « bloqué » les manifestants. Tout de même, un peu plus loin, des élèves n’ont pas échappé au traditionnel shampoing aux œufs …
   

17h gare

  Une semaine après, les restes de projectiles sont encore bien visibles, et pas uniquement au sol : les vitres de la salle E13 ont par exemple été salement visées. Vitres qui ne peuvent malheureusement pas être nettoyées. Comme une impression de déjà vu en H24 … « Cela partira avec la pluie ! » ont pu lancer des professeurs d’histoire.

G.L.  (Article & photos)

évènement 2017 poules père cent animaux

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire